Cette place à gauche est celle qui lui conviendra au cinquième acte, lorsqu’elle sort mourante de

Jadis la musique était une puissance que le poète conservait dans la main, qu’il déchaînait directement sur le spectateur, renforçant ainsi les moyens dramatiques, et qu’il employait comme un résonateur destiné à amplifier et à multiplier le pathétique. Des traditions. Or, en abordant la scène, l’école naturaliste rencontrera, sans pouvoir la résoudre, une double difficulté dramatique et théâtrale, qui ne dérive nullement de lois arbitraires ou de théories plus où moins contestables, comme celle des trois unités, mais qui tient uniquement à la structure de l’esprit et de l’oeil du spectateur. Or, entre la présentation et la représentation d’un fait, il existe une différence qui consiste en ce qu’un nombre variable de détails d’importance diverse, plus ou moins bien observés dans la présentation, ne se retrouvent plus dans la représentation.

En un mot, c’est nous, hommes du XIXe siècle, qui créons tout cet appareil théâtral par la puissance de notre imagination; nous projetons au dehors de nous et nous objectivons les images du monde antique qui se sont formées lentement en nous par la contemplation des statues, des vases, des médailles, des oeuvres des peintres de toutes les écoles et de tous les temps, par le souvenir de tout ce qui nous a été fourni par l’enseignement et par la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *