On en a un exemple saisissant dans l’_oedipe roi_, tel qu’on le joue à la comédie-française

CHAPITRE XVIII Rapports de la mise en scène avec le milieu social.

La première conséquence s’est aujourd’hui entièrement réalisée: les quelques troupes qui résistent encore se ruinent ou se ruineront.

Poussez la porte d’un établissement public quelconque, et dans la foule des êtres humains qui y sont réunis, que de drames et de comédies! Ici un beau drame d’amour va naître, tandis que là une folle comédie se dénoue; dans le groupe prochain un marché honteux se conclut; dans celui-ci un crime horrible se prépare, tandis que dans celui-là s’épanouissent la jeunesse et le bonheur. La science s’est d’abord lancée à la conquête de l’infiniment grand; aujourd’hui, elle pénètre dans l’infiniment petit. Dans _Il ne faut jurer de rien_, la scène charmante du dernier acte entre Valentin et Cécile se passe sur un banc, au pied d’une charmille placée malheureusement un peu trop près de la zone invisible de gauche. Il y a, à la Comédie-Française, un assez grand nombre de jeux de scène qui n’ont pas d’autre raison d’être, et dont on se contente de dire pour les justifier qu’ils sont de tradition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *