Bien que la plupart aient fait un emploi déplorable et parfois peu recommandable de leur faculté

Le spectateur l’accepte, et quand le personnage en scène captive son attention, il aperçoit vaguement l’incohérence mathématique qu’il y a entre la décoration et les personnages, mais il concentre ses regards sur ceux-ci et n’accorde qu’une importance secondaire au milieu fictif qui les entoure. La musique devenue un personnage dramatique.

La seconde raison a une portée esthétique à laquelle j’ai déjà fait allusion ci-dessus, et sur laquelle j’appelle l’attention des personnes qui se laissent trop facilement séduire par les promesses de l’école réaliste ou naturaliste.

C’est donc par une conséquence logique que le décorateur et le metteur en scène se sont faits tapissiers et en quelque sorte bibelotiers, et qu’ils ont dû chercher à donner au matériel figuratif cette physionomie personnelle qui est la caractéristique de la mise en scène moderne. Les hommes de ma génération le regrettent, mais c’est en vain qu’ils espèrent pour lui un retour de fortune. Quand il entre en scène, on est frappé de l’aspect magnifique de son costume, surtout de ses cnémides brillantes et de son casque à cimier que surmonte un panache éclatant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *