Or le théâtre ne peut en toute sûreté aborder que la représentation de l’idée générale, de

Au bout d’un petit nombre d’années, les décorations d’une pièce et son matériel figuratif n’existent plus. C’est le transport du relatif au théâtre qui fait la richesse de l’art moderne; mais c’est seulement en dégageant l’absolu de ses données relatives que celui-ci assurera à ses productions une valeur générale et une portée psychologique universelle, et leur donnera l’espérance de vivre au delà du temps présent. Or, en général, il n’en est absolument rien, et il est facile de constater que si les spectateurs savent à tout instant à quel tableau en est la pièce, ils perdent rapidement la notion des actes et sont dans l’impossibilité de dire à quel acte appartient tel ou tel tableau. Quand le rideau tombe, l’esprit du spectateur, dégagé de l’étreinte du poète, redevient immédiatement libre. Les costumes du _Misanthrope_. La mise en scène peut-elle nourrir l’ambition réaliste de rendre visible au spectateur tout ce qui, dans le milieu objectif, joue le rôle d’une cause formelle? C’est le dernier refuge de l’école nouvelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *