Tu ne feras pas mal de le surveiller aussi par la meme occasion

et a nous deux nous les muselons (il tutoyait vite toutes les filles) et je les offrirai a ton gendarme, veux-tu? Ce serait un cadeau bienvenu pour lui,–que peut-etre on lui donnerait le galon! –Laissons ces diables dans les bois.

Dans cette attitude, il demeura un instant silencieux, la tete un peu inclinee et l’oreille tendue comme s’il ecoutait attentivement un bruit encore eloigne. Et surtout ne reponds pas!. Quand l’avant-garde de ses ennemis apercut cet ane volant, la corde lui etant cachee par les branches de l’olivier, elle s’arreta stupefaite. Qu’avez-vous donc? lui demanda le comte avec interet. Maudit soit cet homme! s’ecria le general dans un mouvement de genereuse indignation dont il ne fut pas maitre; il veut la ruine de notre malheureux pays. Mais que veux-tu faire? –Je veux les faire sauter. Diantre! murmura le comte, voila un gaillard qui est bien aime. Vous l’entendez! cria Grondard. Qu’est-ce que c’est? murmura-t-il, perdant la tete. Ont-ils de l’esprit, ces Provencaux! dit le prefet qui penetrait tout cela et qui riait comme un fou, en bon Parisien. Je le suivis.

le cure, vetu de ses plus beaux ornements, se presente a sa rencontre sous le porche. Au meme instant, les tapisseries furent soulevees, lus portes ouvertes, et une vingtaine de personnes entrerent dans la chambre. . . Les jeunes gens quitterent l’armee et rentrerent dans leurs foyers; l’aine avait pris le titre de prince et etait devenu le chef de la famille; en Allemagne, le droit d’ainesse existe dans toute sa rigueur, le cadet dependait donc completement de son frere; mais celui-ci ne voulut pas laisser son cadet dans cette situation inferieure et honteuse, il lui abandonna la fortune de sa mere, fortune assez considerable, elle montait je crois a pres de deux millions, le laissa completement libre de ses actions et l’autorisa a prendre le titre de marquis.

Il eut voulu le deshonorer, justement et legalement, aux yeux du pere de Tonia, homme de legalite et de discipline. La suite de l’affaire ne les regardait plus.

Et comme il s’en allait d’un pas allegre, Fanfarnette, la pastresse, au detour du sentier, assise au milieu de ses chevres mauresques qui mettaient, dans la verdure des kermes, des taches blanches eparpillees, lui cria, en le regardant d’un air sournois: –Oh! maitre Maurin! je sais pourquoi vous l’avez tuee, l’aigle! –Et pourquoi, mauvaise chose? Mais Fanfarnette se sauva, et courut se cacher dans un buisson. Nous lui eclaircirons la vue, au juge. Du sang d’eglantine sous de la rosee! Enfin, elle se releva, avec ces mots a voix haute dits en provencal: –Bouan Diou, bouano mero! que l’ooublidi, aqueou Maourin! (Bon Dieu, bonne mere, faites que je l’oublie, ce Maurin!) Alors il ne vit plus rien, la force de la vie le commanda.

Il n’eut pas de peine a deviner ce qui s’etait passe, et sans etonnement, rentrant dans le cabanon, il en ressortit aussitot, portant a Maurin son carnier: –Te, dit-il, que tu n’as pas dejeune. Seulement, les autres annees, cette fete, celebre dans toute notre contree, attire ici tout un peuple de fideles, jaloux d’honorer notre saint selon ses merites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *