Comme on a pu s’en rendre compte, une grande partie de la science de la mise

L’esprit est toujours frappé fortement par un contraste. Un glaive à la main des lévites ne suffit pas; il faudrait un appareil plus formidable, et surtout éviter l’entrée successive des lévites par les bas côtés. L’art de la mise en scène / Becq de Fouquières Il n’existe pas d’ouvrage d’ensemble sur la mise en scène; c’est donc sans fausse modestie que j’ai donné le titre d’_Essai_ à cette étude. Faire de la mise en scène une copie servile de la réalité serait d’abord une impossibilité matérielle, et ensuite, quand le temps est un des facteurs de la question, un non-sens artistique, puisqu’elle serait en perpétuelle contradiction avec les lentes, mais inéluctables transformations que les lois de l’esprit imposent à toutes nos idées. Prenons pour exemple la représentation de la mort, qui est le phénomène naturel dont le théâtre nous offre le plus fréquemment la représentation.

L’intérêt dramatique de la scène aurait dû être dans la colère de Jacques Rantzau, et c’est le concert que lui donne son frère Jean qui aurait dû être placé hors de la scène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *