A la suite d’une telle lecture marceline a du etre concue dans un lit d’acajou linceule

Ce n’etait pas bien, dit la pieuse Tonia. Notre bonne vigne antique avait des allures de lambrusque; l’epi etait grele; l’olive venait quand il plaisait a Dieu. Oh! Je veux vivre, reprit le blesse avec une energie concentree. Le jeune homme s’inclina et reprit: –Or, le comte de la Saulay, qui vivait alors, etait un fougueux partisan des Guises et un ami tres intime du duc de Mayenne; le comte avait trois enfants, deux fils qui combattaient dans les rangs de l’armee de la Ligue et une fille attachee en qualite de dame d’honneur a la duchesse de Montpensier, soeur du duc de Mayenne. Des propositions de se sauver seul lui avaient meme ete faites a plusieurs reprises, mais avec cette delicatesse chevaleresque qui est un des beaux cotes de son caractere, il avait refuse, car il ne voulait pas au dernier moment abandonner a la haine implacable de leurs ennemis certaines personnes qui avaient combattu pour lui et s’etaient compromises pour sa cause. Sacree garce! Ensuite il s’attarde a lui deviner des tares, a la trouver laide pour se batir un motif d’indifference. Vous voila averti. Il entra. Il se trouva que j’arrivai a la grille en meme temps qu’un enterrement de deuxieme classe.

Cette compensation leur suffit. Le soir, apres le diner auquel assista M. Les deux epoux se regarderent un instant sans une parole, puis ils s’etreignirent longuement, toujours muets, tres emus. Sois bien gentille, n’est-ce pas? –Oui, maman. La lune s’etait cachee derriere les hautes futaies.

. Plus les voyageurs approchaient, plus le paysage semblait vivant; a chaque instant ils croisaient des cavaliers, des arrieros avec leurs mules, des Indiens courant avec des fardeaux suspendus sur leur dos par une courroie passee autour de leur front, puis c’etait des troupeaux chasses par les vaqueros et changeant de paturages, des moines trottant sur des mules, des femmes, des enfants, enfin des gens affaires de tous etats et de tous sexes qui allaient, venaient et se croisaient dans tous les sens. Tout a votre service, a l’occasion, monsieur le prefet. . La! Voila qui est fini, dit-il; maintenant me voici tout a vous, voyons, je devine que vous desirez me faire quelque communication importante: parlez, don Jaime, je vous ecoute. . Il sait maintenant pourquoi son talent sommeille encore: il s’eveillera grandiose a la manifestation de sa virilite. En ce moment une porte interieure s’ouvrit, un homme richement vetu entra dans la salle commune, et apres avoir legerement souleve son chapeau en prononcant le sacramentel _Ave Maria purisima_, il s’avanca vers l’officier qui en l’apercevant avait fait quelques pas a sa rencontre. Ils sauterent sur leurs chevaux, et sortirent sans ajouter une parole. Vous connaissez cet homme, il est votre ennemi personnel.

Dites donc, Maurin? –Quoi, monsieur Cabissol? –Et Cesariot? A cette question, Maurin parut vivement contrarie. Le bandit venait de se reveler; le guerillero, apres l’eclat auquel l’avait emporte son avarice, n’avait plus de mesures a garder vis-a-vis de celui qu’il pretendait depouiller d’une facon si audacieusement cynique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *