Par exemple, on peut, je crois, trouver que dans les oeuvres de m

Surtout ce manteau devrait être taillé dans un tissu un peu épais, afin d’avoir l’aspect d’un vêtement de campement, propre aux embuscades et aux nuits passées dans les gorges sauvages des montagnes. Son glaive, brillant de clous d’or, est renfermé dans un fourreau d’argent, que soutient un baudrier tissu d’or.

La musique est donc ici chargée de l’exposition dramatique et élevée au rang de confident. C’est ainsi que sont réglés le repas de don César au quatrième acte de _Ruy Blas_, celui d’Annibal et de Fabrice dans _l’Aventurière_, et celui de l’oncle et du neveu dans _Il ne faut jurer de rien_. Nous pouvons donc dire que, pour être perçues à la fois, des impressions auditives, optiques et intellectuelles doivent, premièrement, être très faibles ou avoir un rapport commun, et, deuxièmement, conserver entre elles la proportion d’intensité qui leur a permis de se manifester dans le même moment.

Au surplus, quand je dis qu’entre deux actes, liés par le pathétique d’une même situation, l’entr’acte doit être réduit à la plus petite durée possible, ce n’est pas un conseil discutable que je donne, mais une règle indiscutable que j’énonce et qui s’impose au nom de principes artistiques qui ne souffrent pas d’objections.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *