Le combat que nous allons nous livrer est un combat a mort? –en voici la preuve,

–_Domine non sum dignus_. Je voulus me lever pour aller voir: Non, dit mon camarade, il s’amuse a ne pas nous repondre ou bien il s’est endormi. Bon, fit-il en se frottant les mains, vous pouvez etre tranquille, seigneurie, nous y serons. Oh! Oh! fit don Jaime, qui donc nous arrive ici? Et il s’avanca resolument sous le zaguAn. . . Eh bien, va te coucher.

Sa mere le vit une seule fois a l’age de huit ans, puis elle ne s’occupa de lui que pour envoyer quelque argent et des lettres pleines de cette fausse sentimentalite commune aux filles.

La valise renferme son uniforme. que l’honneur.

Bien, mon fils, dit doucement l’aumonier, refugiez-vous en Dieu, sa bonte est infinie. Douai, la cour d’assises, cela voulait dire la fin de la detention preventive, des angoisses. Voyez-vous, Dolores, disait-il, tout cela n’est pas clair; malgre les affirmations repetees des chefs du gouvernement de la Veracruz, et la protection dont ils feignent de m’entourer, je n’ai aucune confiance en eux. Il s’enhardit avec, deja, la prevision d’un souper, d’une baignoire de petit theatre.

A ce jeu-la, je vous ferai tomber vos joues de pomme d’api, gendarme Sandri! Il riait. Il me la paiera cher, ce Maurin! cria le gendarme aux joues roses, qui n’avait pas remarque la disparition de Pastoure. Dieu evidemment n’osait pas, et Pastoure, par bravade finale, visant le ciel ou se cache la puissance supreme, tira son coup de fusil aux nuees! Maurin riait a en mourir. Pittoresque, soit! dit le prefet, et c’est par amour du pittoresque que ce _dompteur de foules_, dont vous me contiez l’histoire l’autre jour, se coiffait d’un chapeau haut de forme? –Par amour de la parade, mon cher prefet. Que se passe-t-il? demanda vivement l’aventurier. C’est Theodule qui, sur les instances de sa femme, a fait decorer Caboufigue, a la demande de Maurin. Les villes de qui? –Les villes de Maurin, pardi! Le prefet se met a rire. Et ils avaient fait ainsi.

.

Dam! Il fait assez sombre, il me semble. Mais SAnchez rejoignit presqu’aussitot la berline; ses traits etaient bouleverses, sa voix haletante sifflait entre ses dents serrees par la terreur, une paleur cadavereuse couvrait son visage.

J’ai voulu venir aujourd’hui feliciter la commune entiere et Maurin en particulier.

Les deux personnages se saluerent de nouveau et s’assirent. L’histoire qu’il t’a faite n’est qu’un tissu d’impostures: il n’est pas vrai qu’il soit arrive depuis quelques jours seulement a la Veracruz, il n’est pas vrai qu’il se rende a Mexico, il n’est pas vrai enfin qu’il ait ete attaque et depouille par des inconnus. Hola, caballeros, leur cria-t-il d’une voix hautaine, que signifie ceci, et pourquoi me contraignez-vous ainsi a interrompre mon voyage? –Vous allez l’apprendre, cher seigneur, repondit en ricanant le guerillero; et d’abord pour que vous sachiez bien tout de suite a quoi vous en tenir, au nom de la patrie je vous arrete. Le manque de cette satisfaction le rend veule, presque malade. Elle se pencha vers lui, saisit ses mains qu’elle pressa dans les siennes, le baisa doucement au front et lui dit de sa voix melodieuse avec un accent de tendresse impossible a rendre: –Mon pere, mon bon pere, ne vous reste-t-il donc pas un enfant qui vous cherit et vous respecte? Ne vous laissez pas ainsi abattre par la douleur; regardez-moi mon pere, au nom du ciel, je suis votre fille, ne m’aimez-vous donc pas, moi qui ai un si grand amour pour vous? Don Andres releva son visage baigne de larmes et ouvrant ses bras a la jeune fille qui s’y precipita avec un cri de joie: –Oh! J’etais ingrat, s’ecria-t-il avec une tendresse ineffable, je doutais de la bonte infinie de Dieu, ma fille me reste! Je ne suis plus seul sur la terre, je puis etre heureux encore! –Oui, mon pere, Dieu a voulu vous eprouver, mais il ne nous abandonnera pas dans notre douleur, soyez fort contre l’infortune, oubliez votre fils ingrat a son repentir, relevez-le de la malediction terrible que vous avez prononcee sur lui, laissez-le revenir repentant a vos genoux, il n’est qu’egare, j’en suis sure, comment ne vous aimerait-il pas, vous, mon noble pere, vous si grand et si bon toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *