Alors, elle se leva d’une secousse brusque, marcha fievreusement par la chambre; puis, s’arretant net, elle

_ _Et des emanations defaillent par le boudoir oblong, des emanations comme d’une guimpe attiedie, d’une guimpe attiedie au contact du derme. Ah! gueusard de Maurin! voila ou tu m’as fourre a ta suite! Moi du moins je n’aurai contre moi que la gendarmerie et les maires et les prefets, mais toi, de plus, tu auras la fille! Une fille, et une Corsoise! Mon pauvre Maurin, comment te vas-tu tirer de la? Des filles, n’en avais-tu pas tant qu’il te plait, et des femmes de tous les ages et de tous les plumages,–meme en chapeau? Mais il te faut une Corsoise! et il t’en cuira, je te l’annonce! Une Corsoise fiancee a la gendarmerie et fille d’un garde-forets! Il t’en cuira, et, te! c’est moi qui te le dis, Maurin,–tu t’es comporte, ce soir, avec cette aventure, comme un ane, m’entends-tu, comme un ane, je te le repete! Sur ce mot, le monologue de Parlo-Soulet fut interrompu par une voix forte, qui sonna clair dans la nuit noire: –Ne me dis pas du mal de moi, Parlo-Soulet! que je suis la! et que je pourrais te croire! Ah! c’est comme ca que tu te parles sur mon compte quand tu penses que je n’entends pas? C’etait la voix de Maurin. .

Il sait maintenant pourquoi son talent sommeille encore: il s’eveillera grandiose a la manifestation de sa virilite. . Desorty ne souriait plus. . . ca, elle ne peut pas le faire, la gendarmerie!. Attends que je t’apprenne le jeu, quoi qu’a dire vrai il ne me plaise guere! Il lui saisit les deux poignets, un dans chaque main; il fit alors, du poignet droit jusqu’a la main de Tonia qui tenait le stylet, glisser sa main fermee en anneau coulant, et prit l’arme terrible sans peine: Comme on cueille une figue.

.

CHAPITRE XVII Comment M. . C’est arrete: aujourd’hui meme je lui demanderai un entretien. Ils descendent. . Nous avons ete pauvres ensemble quand j’avais huit ans et qu’il en avait seize. Lorsque tous ceux qui devaient quitter l’hacienda furent a cheval, ainsi qu’une dizaine de guerilleros commandes par un bas officier et dont la mission etait de servir d’escorte au retour a leur colonel, le guerillero s’adressa a ses soldats, en leur recommandant d’obeir en tout a don Melchior de la Cruz pendant son absence, puis il donna le signal du depart. A plusieurs reprises il leve ses paupieres qui tombent, et se decolle peniblement les cils. . Je suis sur, dit-il, de votre opinion sur ce publiciste eminent, qui est l’auteur d’un beau livre sur les Jacobins. Elle avait grandi la, l’Innoucento, comme on l’appelait familierement, entre les pourceaux et les poules, grognant et gloussant avec eux sur le fumier et dans la boue.

Il ne t’a rien dit autre chose, sur son nom ou sa position? –Non, pas un mot. Il vous l’a dit? –Pas precisement, mais en causant cette nuit avec moi, il m’a temoigne le desir de vous voir le plus tot possible; voila pour quelle raison, mon cousin, je vous ai prie de m’accompagner dans ma promenade. . Son sang coulait. . De plus, en presence d’une femme qui ne lui deplaisait pas, jamais Maurin n’eut laisse le dernier (le dernier mot) a qui que ce fut.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *