Voilà donc une légère faute de mise en scène qui a précisément pour cause l’observation exacte

La plupart n’entrent que très peu dans les raisons longuement déduites de l’exposition et ne s’attachent que médiocrement aux préliminaires de l’action. Elle a pu varier et, en effet, elle a souvent varié et variera encore.

Les limites superficielles de l’art se trouveront ainsi reculées; et l’exploration mettra le pied sur quelques-unes des terres encore peu foulées de l’humanité et de la vie.

Or, ce que l’école recherche par-dessus tout, c’est l’exactitude des tableaux, destinée à procurer au spectateur, une sensation très intense de la vie. Mais ce n’est là qu’une impression générale due au premier aspect. Au XVIIe siècle, la nature artistique est factice: ce ne sont que des paysages baignés dans la transparente lumière de l’Attique. Des traditions.

Si la musique n’est plus ici, comme dans le mélodrame, en dehors du spectacle, elle n’en reste pas moins en dehors de l’action dramatique. Nous sentons combien sont intimes et subjectives toutes les causes de leur détermination, et combien dans ce drame psychologique sont de peu de prix tous les attraits du monde extérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *