Maurin suivit antonia dans la maison forestiere resplendissante, toute blanche au soleil, et dont les charpentes

Des propositions de se sauver seul lui avaient meme ete faites a plusieurs reprises, mais avec cette delicatesse chevaleresque qui est un des beaux cotes de son caractere, il avait refuse, car il ne voulait pas au dernier moment abandonner a la haine implacable de leurs ennemis certaines personnes qui avaient combattu pour lui et s’etaient compromises pour sa cause. Cabissol ayant emis cette opinion que, par avarice, tout paysan qui a pris un lievre en fraude se ferait tuer plutot que de l’abandonner aux gendarmes, comme l’avait fait Maurin, celui-ci s’indigna: –Vous connaissez bien des choses, monsieur Cabissol, et j’ai bien du respect pour vous, mais si vous pensez cela, alors, c’est que vous ne connaissez pas mon peuple. .

Ce ne sera pas la meme chose.

Une effroyable detonation se fit entendre et un ouragan de fer s’abattit sur la petite troupe.

Et les unes, gourmandes, deroulent des papiers gras receleurs de charcuteries. CHAPITRE XVIII Le purgatoire de frere Pancrace. Vous m’avez trompe, vous, ma cousine? –Indignement, fit-elle en riant, vous allez en juger. eveillez vos domestiques pendant que je sonnerai la cloche d’alarme, dit le mayordomo; peut-etre sauverons-nous l’hacienda! Il se precipita vers la cloche dont les vibrations redoublees eurent bientot reveille les habitants de l’hacienda qui accoururent a demi vetus, ne comprenant rien a ce qui se passait. C’est bien. Il n’y voyait, lui Maurin, comme Pastoure, que la mise en action bien naturelle d’un mecontentement de chasseur.

. Il s’ennuie? –Je le crains. Mais, ou irai-je? Je me sens si faible qu’il m’est impossible de faire le plus leger mouvement. La politesse innee de M. Et,–chose bizarre et inquietante,–apres avoir familierement cause avec Secourgeon et Grondard qui haissaient Maurin, le pere Francois s’entretint avec ce meme Maurin comme avec un ami.

. Les deux viores de verre, qui, plantees dans des chandeliers de cuivre, fumaient sur la table, posees pres de la fille, eclairerent pour Maurin son visage ovale, regulier, d’une paleur brune et mate. Drin, drelin, fit la clochette. Dona Maria, legerement indisposee, gardait la chambre; ou, du moins tel etait le pretexte qu’elle avait donne aux jeunes filles pour ne pas leur tenir compagnie au jardin; en realite, elle s’etait enfermee afin de lire une lettre importante que don Jaime lui avait fait passer par un homme sur. De convention ou non, moi je trouve cette vue admirable.

. Nous n’avons pas fini, n’ayant pas commence!–de fuir devant les gendarmes a pied et a cheval, devant les hommes de la justice injuste, si tu te meles, o Maurin, d’arreter des voleurs et de denoncer l’injustice!. Les deux dames s’empresserent de placer devant le ranchero, du pain, de la viande et du pulque. Eh bien! monsieur le prefet? disait Cabissol, croyez-vous que c’est un type, notre Maurin! je vous dis qu’il lui faudrait Balzac pour historiographe. Prescieux songe: sa fuite servirait seulement a accroitre la rigueur de la punition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *