Au troisième acte du _marquis de villemer_, celui-ci est à droite évanoui sur le canapé, et

En outre, en offrant ainsi au héros un siège aussi défavorable, le metteur en scène devient en partie responsable de l’interprétation défectueuse du rôle. Nous arrivons ainsi, par un autre chemin, à la même conclusion que dans le chapitre précédent.

Je remarquerai d’abord, au sujet des oeuvres appartenant aux littératures anciennes ou étrangères, que si la représentation d’une oeuvre dramatique a servi à la mettre en lumière, ce qui n’est pas niable, elle n’a pas suffi à lui assurer la renommée durable qui en a perpétué le souvenir dans la postérité. Une pièce qu’on exhumerait au bout de cinquante ans, dans les mêmes décorations et avec les mêmes costumes qu’à sa première représentation, nous ferait l’effet d’une véritable caricature; car, en bien des points, elle pourrait se trouver en contradiction avec les types que le temps aurait formés dans notre esprit.

Les rapports de la mise en scène avec le milieu social sont très importants, eu égard à nos idées actuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *