Or ce qu’il faut bien comprendre, c’est que les sensations que nous font éprouver les oeuvres

Or, dès que l’idéal surgissait au milieu du réel, l’impression première se dissipait immédiatement, et l’esprit du spectateur, débarrassé de toute angoisse, s’intéressait à l’imitation artistique de la mort et de la folie. Or, ce goût irréprochable et cette science, qui s’appuie sur une longue expérience, sont les deux qualités maîtresses de son administrateur actuel. A la seconde scène de l’acte III, lorsque le valet approche les sièges sur lesquels prennent place Henriette, Philaminte, Trissotin, Bélise et Armande, il dispose, sur le premier plan, six sièges, dont cinq seulement sont occupés par les personnages en scène, tandis que le sixième reste vide. Aussi le dommage est-il moindre. Les acteurs, pour la plupart, ne contractent plus que des engagements temporaires, qui se restreignent souvent à l’exploitation d’une pièce. Ce but, quoique plus humble, est cependant celui qui seul justifie les prétentions de l’école réaliste.

Malheureusement, elles seront nombreuses si l’art continue, comme la société, à croître en complexité et en hétérogénéité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *