J’ai parcouru les différentes phases du sujet que je m’étais proposé

Ses gestes ne sont plus désormais emprisonnés dans ses voiles, et c’est avec toute la furie d’une femme embrasée des feux de Vénus, qu’après avoir fait au fils de son époux l’aveu de sa coupable passion, ramenée à l’horrible réalité, elle saisira le glaive d’Hippolyte pour le tourner contre elle-même. Les arbres qui montent jusqu’aux frises dérobent au spectateur la vue du ciel.

De la clarté de l’image dépendent la netteté et la sérénité du jeu. Du théâtre espagnol, anglais, allemand. Pour conclure, je dirai que c’est cette sensation du beau qui est la raison des représentations classiques, et la justification des subventions que l’État accorde à l’Odéon et à la Comédie-Française. Elle doit donc être sommaire et pourvoir uniquement aux nécessités scéniques. Il lui est donc interdit de composer des tableaux où doit éclater la contradiction qui résulte de la juxtaposition d’êtres soumis à la perspective réelle de la nature et d’objets soumis à la perspective fictive des théâtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *