On a vu cependant, par l’exemple que nous avons cité du _misanthrope_, qu’il y a place,

La mise en scène doit se composer non pas avec ce qui a été ou ce qui a pu être, mais avec les images qui, dans notre imagination, forment et composent le monde antique. En se plaçant à un point de vue très général, on peut dire qu’il y a deux sortes d’imaginations; premièrement, celle qui est surtout séduite par les contours et les formes, les rapports des formes entre elles, leur agencement, les qualités extérieures et superficielles des objets; deuxièmement, celle qui se laisse charmer par la couleur, les effets d’ombre et de lumière, les rapports de nature entre les objets, leurs qualités substantielles et leur agencement pittoresque dans les profondeurs de l’espace. C’est, en général, quand la pièce est sue et prête à être jouée que l’on forme et que l’on façonne la figuration. Abaissement de l’idéal. , mais il ne serait plus un art synthétique obéissant à ses lois propres.

Labiche, même des plus folles, ajoute encore à leur valeur en mettant en relief la finesse et la justesse d’observation de l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *