Nous y reviendrons au surplus dans la suite, quand nous nous occuperons plus particulièrement de la

Le drame commence donc par une entente tacite entre le spectateur et le poète; celui-ci est certain qu’au moment voulu l’esprit du public prendra telle direction, appellera et par suite acceptera telle péripétie qui, sans cette sorte de complicité préalable, aurait peut-être paru inutile ou contraire à la logique, et qui, en tout cas, à un moment inopportun, aurait compliqué l’action d’un élément nouveau et distrait l’attention du public en exigeant de lui une coordination immédiate et inattendue. Le contraste apparent des images associées est donc la première loi de la fantaisie; mais la seconde loi est que ces images associées doivent présenter immédiatement à l’esprit un rapport inattendu, qui, bien que lointain et inaccoutumé, mette en relation des idées qu’on aurait pu croire absolument disparates. Il décèle, chez la femme, l’espoir inavoué de toucher peut-être le farouche Hippolyte.

CHAPITRE XXXVIII Décadence de l’art dramatique. On conçoit que la formation d’un choeur, son instruction musicale et orchestrique exigeaient de longues études et de nombreuses répétitions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *