La premiere? –c’est que je dinerais mal, repliqua maurin gravement

Pardon, senores, dit-il, avant que d’aller plus loin, il est necessaire de bien nous entendre, je crois, permettez-moi de vous adresser une legere observation. A ce jeu-la, je vous ferai tomber vos joues de pomme d’api, gendarme Sandri! Il riait. Quant a Maurin, dit Pons, si on veut le voir, il n’y a qu’un moyen. Laissons pour quelques instants ces deux hommes que trop tot nous retrouverons, et disons comment dona Dolores avait ete delivree. Peut-etre esperait-il aussi entendre a la fin une des paroles qu’elle prononcait parfois a voix haute, au pied des oratoires. Les pommes d’api se fletrissent. Ainsi vous consentiriez a epouser les yeux fermes pour ainsi dire une personne que vous n’avez jamais vue, que vous ne connaissez meme pas? –Que voulez-vous, cela est ainsi; mon consentement est inutile dans cette affaire, l’engagement a ete solennellement pris par mon pere, je dois faire honneur a sa parole. Alors, malgre elle, Antonia poussa ce cri, qui fit palir son fiance: –Les vrais Corses, les vrais, sont bandits avant tout, cria-t-elle, bien avant d’etre gendarmes! Alessandri et Maurin echangerent, sur ce mot, un regard charge de defi. A la bonne heure, Maurin! s’ecria-t-il en l’apercevant. Cesariot esquissa un salut: –Qu’est-ce qu’il y a pour votre service? –Je connais tes pensees, dit brusquement Maurin, entrant, sans crier gare, dans la conscience du personnage. Il lui parait que derriere son dos des ironies s’esclaffent.

Don Andres, dit au bout d’un instant avec un ricanement nerveux le guerillero, puisqu’il en est ainsi, je me ferai un scrupule d’interrompre votre voyage; avant de retourner a la Veracruz nous nous rendrons de compagnie a votre hacienda del Arenal, ou nous serons beaucoup plus commodement que sur cette route pour parler d’affaires, veuillez, je vous prie, remonter dans votre voiture, nous partons; d’ailleurs votre fille, la charmante Dolores, a besoin sans doute d’etre rassuree. Je ne le crois pas, mais peut-etre il y aura bataille. . Parbleu! dit Cabissol, il est beaucoup plus vrai que la verite, ce qui, pour les contes, n’est point rare. Les derniers apprets furent bien vite termines; le comte descendit.

.

Silencieusement. Vous reviendrez, n’est ce pas, monsieur? lui demanda gracieusement dona Maria. Te, voila deux sous. Et il arriva qu’ils passerent a bonne portee du fusil de Maurin. Ces deux hommes se sont donc mis a causer a voix basse. Alors, veuillez vous expliquer. La somme est forte. Et son pere, jugeant que, lorsqu’il la laissait seule a la maison, au milieu des bois, cela pourrait lui etre fort utile, lui avait enseigne lui-meme le maniement d’une arme a feu.

Des braconniers! se recria le prefet. Une condamnation d’ailleurs serait profitable: l’affaire s’ebruitera, la presse reproduira sa defense; il entrera dans le journalisme par la grande porte.

Ou est Maurin? ou est Maurin des Maures? –Chut! il n’est pas loin d’ici, declara Pastoure, baissant la voix; il s’est cache, car il prevoyait un peu la gendarmerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *