Et le francais? –ah, ah! fit le comte, voyons ce qu’on pense de moi

.

Desorty et M.

Non, Maurin, je vous les offre, car je sais qu’ils vous sont commandes. Desire est un curieux des choses de la police, et qui nous rend parfois des services appreciables. Ah, ah! Je ne me trompais donc pas? –Non, mais j’etais si loin de supposer que ce fut de cet homme dont vous me parliez que je vous avoue. Aux armes! Aux armes! s’ecrierent des peones en accourant effares; les guerilleros! Les guerilleros! Et en effet, on vit bientot apparaitre, aux reflets rougeatres de l’incendie qui devorait les batiments, les noires silhouettes d’une centaine d’hommes qui accouraient en brandissant leurs armes et en poussant des hurlements de fureur. . . Et le soir a l’auberge, devant Pastoure redevenu silencieux, le roi des Maures racontait la chose a son ami l’aubergiste. N’est-ce pas le chef des _Puros_? dit en riant l’aventurier. Des degouts lui affluent. Les deux personnages se saluerent ceremonieusement, et don Jaime se retira. Rinal, qu’avait prevenu M. Don Jaime sortit de l’eglise et se trouva sur la Plaza Mayor. Maurin, l’oeil sur les gendarmes dont la vue le rejouissait au dela de toute idee, n’avait pas apercu le yacht auquel il tournait le dos. Celui qui se fie a la parole des autres sait, a coup sur, tenir la sienne. Rinal, declara qu’il ne sortirait pas cette nuit-la. . Ne parle que pour dire qu’il ne faut pas parler, et tu parleras encore trop. Un feuillage poudrederize qui de haut, coquettement, et semble voir, et frissonne.

Un! dit sourdement l’aventurier en remontant a cheval. Vous toucherez vos quatre mille francs. .

Et vous ne me meprisez pas? –Pourquoi? Est-on maitre de son coeur? –Mais c’est la fiancee du comte, mon ami! L’aventurier ne repondit pas a cette exclamation. Lui, mon ami, mon protecteur, celui qui m’a presente au President Miramon? Cela n’est pas, cela ne peut pas etre; d’ailleurs qu’ai-je a craindre des lois de ce pays, moi, etranger? –Oui, un etranger qui a pris du service au Mexique avec un gouvernement pour le trahir au benefice d’un autre, cette lettre que tu demandais avec tant d’insistance au colonel don Felipe, et qu’il n’a pas voulu te vendre il me l’a donnee pour rien a moi, et ces lettres si compromettantes pour toi qui t’ont ete enlevees a Puebla, grace a don Estevan que tu ne connais pas et qui est ton cousin, se trouvent en ce moment entre les mains de JuArez; ainsi de ce cote-la tu es perdu sans ressources, car tu te lesais, la clemence n’est pas une des vertus saillantes du senor don Benito JuArez; enfin, ton secret le plus precieux, celui que tu crois si bien garde, je le possede aussi: je connais l’existence du frere jumeau de dona Carmen, de plus je sais ou il est et le puis, si je le veux, faire paraitre a l’improviste devant toi: regarde, voici l’homme auquel tu avais vendu ton neveu, ajouta-t-il en designant Loick immobile pres de lui. Blotties comme deux craintives fauvettes au fond d’un bosquet d’orangers, de citronniers, et de grenadiers en fleurs, elles caquetaient a qui mieux mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *