Apporte, hercule! cria parlo-soulet d’une voix eclatante avec un grand geste telegraphique

La table etait dressee au milieu de la salle, les deux domestiques du comte immobiles devant les dressoirs se disposaient a servir et Leo Carral, une serviette sur le bras, attendait qu’on se mit a table. Pour venir me trouver ici, s’etait dit le philosophe, il faudra vraiment qu’on ait besoin de moi, ou que l’on m’aime. .

Vous ne m’en voulez plus alors? –Si. Il s’etait figure, vois-tu, que tu avais pu penser une seconde a ce bandit de Maurin! Elle frappa du pied: –De quel droit a-t-il pu penser ca? siffla-t-elle.

Cabissol, j’etais a la campagne chez un de mes amis, pres de Draguignan, et nous regardions son cheval de labour, qui, les yeux aveugles par les oeilleres bombees, tournait en rond, mettant en mouvement l’engrenage de la _noria_ (puits a roue). Je ne vous comprends pas, mon cher comte. Ils sortirent alors suivis de Leo Carral et des deux domestiques du comte.

.

Nous l’aurons demain ici meme, dit Maurin le second jour.

. Mais je voudrais vous voir chez moi, Marceline, vous voir une seule fois dans le cadre de mon interieur. Et le jaloux Secourgeon, pendant ce temps, injuriait son cheval. Domingo tressaillit et se redressant brusquement: –Vous le saviez! s’ecria-t-il atterre. Pour du bon cafe, voui, c’etait du bon cafe et qui ne sentait jamais la marine! Et apres un silence: –Sa pauvre soeur, reprit-il, doit etre bien desolee. Et baissant le nez, il chercha dans sa sacoche de cuir fauve un papier a proces-verbal.

Ce passage debutera par une croquade magistrale de la societe actuelle: une moisissure. .

Le lecteur les a reconnus deja; c’etaient don Jaime, Domingo, le comte Ludovic, Leo Carral, don Diego, et Loick le ranchero. Peu a peu elle lui sert de discretes exclamations. . Cela prouve que le comte est un parfait gentilhomme et un homme d’honneur, voila tout; d’ailleurs il est son parent et il fait son devoir en tentant de la sauver, meme au risque de sa vie et de sa fortune. Les gendarmes n’entendirent plus les paroles qui s’echangeaient. Noum de pas Diou! dit Maurin, vous me faites venir la chair de poule, monsieur Rinal, a force de bien parler. C’est qu’alors, tout seul, je me vide, je me soulage de mes pensees, je me degonfle comme l’ane de Gonfaron quand le maire des imbeciles lui rend la liberte de lui-meme! Si je leur disais ce que je pense, pechere! ils ne voudraient pas entendre, et si je le leur disais avec des gestes, ma main se fatiguerait de leurs figures et mon pied de leur derriere!. . Le comte jeta un regard sur sa toilette et precede par Raimbaut qui lui servait de guide, il se dirigea vers la salle a manger. VII LE RANCHO L’etat de Puebla est forme par un plateau de plus de vingt-cinq lieues de circonference, traverse par les hautes Cordilleres de l’Anahuac. Vous n’avez que deux faisans? –Pourquoi deux seulement? Par un bonheur j’en ai trois. A Saint-Raphael, Pons l’aine, tireur emerite, citait Maurin comme un maitre respectable. Est-ce pour me debiter ces pauvretes que vous vous etes introduit si secretement pres de moi? repondit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *