Ils regardaient, avec surprise et non sans une colere naive, cette comedie de la misere et

. Alors un sentiment etrange envahit le coeur de l’ex-courtisane; elle eut un moment de vertige, puis ses prunelles se dilaterent et, suffoquee de colere, se dressant de toute sa hauteur devant les pauvres amoureux completement ahuris, elle apostropha Mademoiselle Mouflet en des termes virulents: –Elle etait vraiment bete pour ne pas s’etre apercue depuis longtemps qu’on venait la pour lui voler son fils. Parfois le joueur desespere, d’un mouvement instinctif, lache sa boule pour retenir son solennel couvre-chef. . Enfin, mes amis, comme nous sommes assures qu’il pleuvra jusqu’au jour, nous pouvons nous dire que nos gaillards resteront dans ce trou, comme des lievres au gite. Et alors il se vit sauve! Il pouvait en effet descendre, au moyen de cet appareil, jusqu’a cet endroit ou le lierre dru formait comme un pont entre la muraille, d’un cote, et de l’autre la cime d’un chene auquel il s’enlacait par ses mille bras et ses mille racines. Tout de meme, poursuivit M. Ils avaient hate le pas de leurs chevaux et approchaient rapidement de l’hacienda, dont les batiments apparaissaient maintenant dans tout leur developpement. Mon ami l’interpella: –Eh, Toine? voila une branche qu’il faut couper! –Sur, qu’il faudrait la couper! repliqua Toine.

La foule murmura: –Qui est celui-la qui parle? Une voix cria: –C’est celui qui a tire hier sur le bon Dieu! Le pauvre ne grelottait pas. Mais se redressant aussitot: –Mon frere, dit-il avec fermete, vous possedez presque toutes les preuves des crimes horribles que j’ai commis; et s’approchant d’un meuble qu’il brisa: voici celles qui vous manquent, ajouta-t-il en lui remettant une liasse de papiers. –Non, non, dit Bedarride discret. Messieurs, leur dit-il d’une voix ferme, dans quelques heures a peine j’aurai satisfait a la justice humaine, et je comparaitrai devant celle bien plus terrible de Dieu. Allons, monsieur Cabissol, cria Maurin, vous qui en connaissez de si bonnes, vous n’en direz pas une, de vos histoires? –J’en sais plus d’une! dit M. Sur ces entrefaites, j’appris que vous habitiez cette hacienda, vous futes assez bon pour m’offrir l’hospitalite; j’ecrivis immediatement au baron de laisser cette affaire, parce que je resterais, sans doute, un laps considerable de temps aupres de vous.

Allons, vous etes fou, senor coronel, espion et traitre, moi! –Senor, depuis longtemps deja le gouvernement du tres excellent seigneur, le president JuArez, a les yeux sur vous; vos demarches ont ete surveillees, on sait pour quel motif vous avez si precipitamment quitte la Veracruz et dans quel but vous vous rendez a Mexico. Hein! fit le general Cobos. Oh! Je sais son nom, dit l’aventurier, car moi aussi je le connais depuis bien longtemps malheureusement; general, cet homme est un traitre! –Allons, vous plaisantez. Senor don Felipe Neri, ajouta-t-il en se tournant vers l’officier immobile a quelques pas de lui, vous pouvez rebrousser chemin avec vos hommes, la route est parfaitement libre jusqu’a Puebla; vous me comprenez n’est-ce pas? –Je vous comprends, caballero; cependant il me semble, repondit en hesitant le colonel, que mon devoir m’ordonne d’escorter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *